La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Henry de Groux. Maître de la démesure
25/05 - 22/09/2019 Lire la suite ...
Ah Blankenberghe ! la plage ensoleillée, les bonnes causeries dans le sable blanc, la mer bleue...
Notez que je n’étais pas au monde de deux jours, que j’avais déja pris la résolution de ne contrarier en rien, le fils que mon père avait mis dans ma peau, & que j’ai tenu parole.
19/06 - 23/08/1998 : Oskar Kokoschka. L'oeuvre gravé (1906-1923)

Dans le cadre de la présidence de l'Autriche au Conseil de l'Europe et en collaboration avec le musée Jénisch de Vevey (Suisse), le musée Félicien Rops, Province de Namur présente les gravures de Oskar Kokoschka réalisées entre 1906 et 1923.

C'est au sein des Ateliers Viennois créés en 1903 à Vienne par l'architecte Josef Hoffmann, le graphiste Koloman Moser et le financier Fritz Waerndorfer et destinés à rénover les Arts appliqués, qu'Oskar Kokoschka (1886 - 1980) aborde la gravure. Il réalise affiches, cartes postales, illustrations... et privilégie la technique de la lithographie. Cette technique souple, familière du dessin convient bien à son tempérament spontané où le geste graphique peut s'exprimer en toute liberté. Peu séduit par la gravure sur cuivre, Kokoschka préfère cette technique qui, loin de figer le trait, permet de traduire le fugitif et le transitoire, comme le frémissement du vivant, et de rendre compte aussi des hésitations du geste. En cela, il s'inscrit "dans la lignée des rénovateurs de la lithographie au XXème siècle, avec Otto Müller et Emil Nolde ".

Ses première lithographies restent fidèles au style décoratif de l'Art Nouveau.

A partir de 1910, à Berlin, proche de la galerie et de la revue d'avant-garde Der Sturm (La Tempête), Kokoschka s'oriente vers un langage expressionniste d'une très grande violence. Il refuse l'idéal de la beauté ornementale et recherche le brut, le grinçant et même le cruel. L'Autoportrait de 1910, visage grimaçant, rides profondes, rictus de douleur, atteste ce bouleversement.

Dans son œuvre gravé, Kokoschka met en évidence l'humain. Ses grands portraits, ceux de Walter Hasenclever, dramaturge allemand, de Max Reinhardt ou d'Hermine Körner, pour n'en citer que quelques-uns, témoignent de sa quête du "visage intérieur ". Derrière des traits physiques, Kokoschka explore "la psyché". L'anecdote est banni, les visages sont déformés, les yeux hallucinés pour traduire l'inquiétude, la peur de la fin du monde.

Seront encore présents dans l'exposition, des "séries", celles de La passion (1916), Hiob (Job) (1917) ou Das Konzert (1920) : 5 lithographies unissant le visage de Camille Swoboda et la musique. Il nous "montre comment la musique se manifeste dans l'image d'une personnalité " et témoigne d'une richesse "symphonique ", d'une sensibilité visuelle aux multiples sonorités.

L'exposition du Musée Félicien Rops, Province de Namur présentera une cinquantaine d'estampes réalisées par Oskar Kokoschka entre 1906 et 1923. Elles sont issues de la collection de la Fondation Kokoschka, fondée en 1987 par Olda Kokoschka qui légua sa collection au musée Jenisch à Vevey.

Partagez :
Facebook
Twitter
Documents utiles