La province de Namur, au coeur de votre quotidien

...mes vastes horizons et la mer nacrée à nulle autre pareille...

Lettre de Rops à A. Rassenfosse, 1891.

Je respecte toutes les opinions, même les miennes

Félicien Rops

1833-1898

Fleurs lascives

Exposition du 02/06 au 23/09/2018

Lire la suite ...
12/09/2009 - 03/01/2010 : Mihály Zichy, Gustave Doré : deux "monstres de génie"

« Monstre de génie », c’est ainsi que Théophile Gautier, célèbre critique d’art et écrivain français, désigne Gustave Doré en 1857. Deux ans plus tard, il découvre à Saint-Pétersbourg un dessinateur génial, selon lui l’égal de Doré : Mihály Zichy.

Né en 1827, Zichy fut consacré de son vivant comme le plus grand dessinateur et illustrateur hongrois. Il débuta sa carrière comme peintre et toute sa vie, il désira être reconnu pour ce talent. Mais c’est dans le domaine graphique qu’il rencontrera un véritable succès. A partir de 1859, il devient peintre à la cour de Saint-Pétersbourg et sera au service de quatre tsars, jusqu’à sa mort en 1906. Malgré sa charge officielle, il voyage beaucoup à travers l’Europe : Bruxelles, Vienne, ou encore Paris où il réside cinq ans. C’est d’ailleurs dans la capitale française qu’il rencontre Félicien Rops et Gustave Doré.

Gustave Doré est né à Strasbourg en 1832. Son oeuvre prolifique comporte des dessins, des aquarelles, des peintures,… Très jeune, il développe des talents de dessinateur et caricaturiste et part en 1847 à Paris pour exercer sa profession d’artiste. Sa carrière sera toujours tiraillée entre deux pôles : son succès comme illustrateur et son ambition de peintre. Mais c’est grâce aux ouvrages célèbres qu’il illustre que sa réputation se répandra à travers toute l’Europe.

En 1862, Zichy se rend à Paris pour revoir son ami Théophile Gautier qui le présente à Doré. Mais c'est lors son séjour de 1874 que l’influence de l’artiste français sur l’œuvre de Zichy devient plus forte et le parallélisme entre leurs carrières et leurs ambitions artistiques se marquent davantage. L’art de Zichy trouve en effet ses racines et ses correspondances en Europe occidentale, son attitude artistique étant proche de la pensée libérale et de la fin du romantisme. Mais sa position à la cour du Tsar, la retenue politique qu’il devait y observer et ses occupations de remplir les commandes de la cour l’empêchèrent de créer des compositions selon ses idées modernes, libérales et humanistes.

L’exposition présente l’œuvre de Mihály Zichy, de sa période russe aux nombreux livres qu’il illustra et qui le rendirent célèbre en Russie, Géorgie et Hongrie. Ces œuvres sont issues de la Galerie nationale hongroise, qui propose une sélection d’une centaine de dessins et de gravures de l’artiste montrant l’influence de l’art belge et français sur celui de Zichy. En effet, celles-ci sont fortement influencées par l’art français principalement les livres illustrés de Gustave Doré et par l’art belge, Gallait et surtout par Antoine Wiertz.

Parallèlement, des dessins et gravures de Gustave Doré provenant de la Bibliothèque nationale de France et du musée des Beaux-Arts de Budapest complètent l’exposition et mettent en exergue les correspondances entre les deux artistes.

Cette exposition est réalisée grâce à la collaboration de la Galerie nationale hongroise de Budapest, de la Bibliothèque nationale de France, et de Wallonie-Bruxelles International.

Partagez :
Facebook
Twitter
Photos
Mihály Zichy, Photographie du peintre dans un cadre allégorique dessiné par lui même, 1894, crayon, sanguine, blanc couvrant sur carton, 49,1 × 34,4 cm. GNH
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D418
Nadar, Portrait en médaillon de Gustave Doré au centre d'une gravure de l'artiste, 2ème moitié du XIXe siècle, photoglyptie, 36 x 26,2 cm. Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Photo Musées de la Ville de Strasbourg, A. Plisson
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D419
Mihály Zichy, Autoportrait inachevé, vers 1845, crayon, huile sur toile, 40 × 31,5 cm. Legs de Mihály Zichy, Musée Mémorial de Mihály Zichy, Zala
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D420
Mihály Zichy, Femme lisant, 1867, aquarelle sur papier, 54,5 × 38,5 cm. GNH
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D421
Mihály Zichy, Inauguration du pont, 1892, Illustration pour Les Ballades de Arany János, 1892-1897 encre de Chine, lavis, blanc couvrant sur carton, 43,7 × 35,2 cm. Achat de Mihály Zichy, GNH
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D422
Mihály Zichy, L'Usurier, 1859, aquarelle sur papier, 72,5 × 54,8 cm. GNH
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D423
Mihály Zichy, Déterreurs de morts, 1858, encre de Chine, brou de noix, lavis sur papier, carton, 42,2 × 36,6 cm. GNH
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D424
Gustave Doré, Macbeth dans la grotte des sorcières, vers 1860, crayon, encre de Chine, lavis, blanc couvrant sur papier, 48 x 38,7 cm. Musée des Beaux-Arts Budapest
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D425
Gustave Doré, Debora chantant son cantique, illustration pour La Bible, 1866, gravure sur bois, 24 x 19 cm. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie.
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D428
Mihály Zichy, Les Adieux d'Isaure de Tancrède, 1885, illustration pour La Tragédie de l'Homme de Imre Madách, 1885-1887, fusain sur papier, 79 × 50,3 cm. GNH
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D93%26photo%3D426