La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Henry de Groux. Maître de la démesure
25/05 - 22/09/2019 Lire la suite ...
Ah Blankenberghe ! la plage ensoleillée, les bonnes causeries dans le sable blanc, la mer bleue...
Notez que je n’étais pas au monde de deux jours, que j’avais déja pris la résolution de ne contrarier en rien, le fils que mon père avait mis dans ma peau, & que j’ai tenu parole.
20/10/2018 - 17/02/2019: La Zwanze, burlesque & canular. De Louis Ghémar à James Ensor

Expositions du 20/10/2018 au 17/02/2019

« Chacun vit à sa manière, pense à sa manière, agit à sa manière, écrit, peint, sculpte, parle, chante en un universel mouvement de fronde, de sarcasme brimant les prétentions, de goguenardises, de ‘zwanze’, suivant l’expression locale, qui ne laisse place à aucune arrogance durable de la part d’autrui. »
Edmond Picard, L’Âme belge, 1897

Les Agathopèdes, les Joyeux, la Société Vocale d’Ixelles, la Colonie d’Anseremme, l’humour absurde se décline au XIXe siècle autour de diverses sociétés. Parmi ces potaches, Louis-Joseph Ghémar (1819-1873), caricaturé par Félicien Rops dans sa Trinité photographique, bénéficie d’une solide réputation puisqu’il officie notamment pour la cour de Belgique. Albums lithographiques présentant des vues consensuelles des villes belges, mais aussi portraits de personnalités célèbres, rien n’échappe à Ghémar. Mais à côté de cette carrière, l’homme est un joyeux drille! Il multiplie les fêtes, les blagues et surtout, développe des compétences de « pasticheur ».


Tout en parodiant le style de ses contemporains comme Stevens, Gallait et bien d’autres, Ghémar réalise des imitations d’oeuvres qu’il finira par exposer dans son propre musée à Bruxelles. « M. Ghémar a produit, peut-être sans le savoir, la plus charmante satire que l’on puisse voir de la peinture moderne. Ses parodies des grands maîtres sont des chefs-d’oeuvre dans leur genre, et les artistes à qui s’adressent ses épigrammes seront les premiers à les trouver parfaites », souligne L’Indépendance belge en 1868. Louis Ghémar meurt subitement à l’âge de 54 ans et devient, pour tous ses « suiveurs », le symbole de la zwanze, cet humour bruxellois polisson. Ses oeuvres ont aujourd’hui disparu mais un long travail de recherche a permis d’en exhumer quelques-unes qui seront au centre de l’exposition du musée Félicien Rops.


Dans cet esprit « zwanzeur », d’autres expositions « Great Zwans » auront lieu à Bruxelles à partir de 1885, puis notamment à la veille des guerres 14-18 et 40-45, regroupant tout ce qui se fait de moquerie autour de l’art et de la société. James Ensor, Léon Frédéric, Amédée Lynen, Arthur Navez et d’autres artistes belges des générations suivantes viendront agrémenter ce parcours décalé.
Cette zwanze, toujours d’actualité, se matérialise avec l’installation contemporaine de Guillaume Bijl qui exhume des objets inédits de Rops. Un musée zwanzé à découvrir gratuitement dans l’espace d’accueil.

Si la sincérité vous charme,
Je parle franc ; soyez charmés.
Et si le rire vous désarme,
Je ris fort, soyez désarmés.

Louis Ghémar, Musée Fantaisiste, 1870

Catalogue : De Louis Ghémar à James Ensor. Zwanze, fantaisie & burlesque. Auteurs : E. Van Den Ende, P. Florizoone, H. Todts, V. Carpiaux, W. Coppejans. Editions Ronny Van de Velde / Ludion, 2018, 200p., 100 illus. Prix : 30 €

 

 

Partagez :
Facebook
Twitter
Tarif
Exposition : 3€ / 1,50€ (réduction) / 1€ (groupe scolaire)
Billet combiné : 5€ / 2,50€ (réduction) / 1,50€ (groupe scolaire)
Gratuit : Moins de 12 ans, art. 27, 1er dimanche du mois
Horaire
Du mardi au dimanche :10-18h
Nocturnes :(jusqu’à 20h), tous les 1ers jeudis du mois
Fermé :les 24, 25 et 31 décembre et 1er janvier
Partenaires