La province de Namur, au coeur de votre quotidien

...mes vastes horizons et la mer nacrée à nulle autre pareille...

Lettre de Rops à A. Rassenfosse, 1891.

Je respecte toutes les opinions, même les miennes

Félicien Rops

1833-1898

Fleurs lascives

Exposition du 02/06 au 23/09/2018

Lire la suite ...
30/01 - 16/05/2010 : L'oeuvre secrète de Gustav-Adolf Mossa

Mossa est considéré aujourd’hui comme le dernier peintre symboliste français. Son oeuvre, déjà reconnue avant la première guerre mondiale, a été ensuite volontairement occultée par l’artiste lui-même.

Il vécut toute sa vie à Nice et se consacra essentiellement à sa fonction de conservateur du musée des Beaux-Arts de la ville, poste qu’il occupa dès 1926. Son oeuvre symboliste et sulfureuse fut cachée, puis redécouverte dans les réserves après sa mort en 1971.

A l'instar de Gustave Moreau, son travail symboliste est hanté de références à la littérature : il revisite les textes fondateurs de la culture occidentale et apprécie certaines figures évoquant la décadence telles que Judith, Dalila, Salomé, Sapho...
Mais à la différence de ses contemporains, Mossa innove en inscrivant ces figures dans son siècle, la Belle Epoque. Dans les détails minutieux de ses oeuvres, il développe une riche iconographie de l'Art nouveau : mobilier, costumes, bijoux.

Il puise également son inspiration des écrivains de son temps : Baudelaire, Barbey d'Aurevilly, Gautier, et écrit lui-même des poèmes et pièces de théâtre.

La femme est omniprésente dans son œuvre, sous l’apparence de la femme fatale, voire phallique et castratrice ; elle est ange et démon à la fois. Par son travail, Mossa explore son propre inconscient et met en scène le conflit perpétuel des pulsions de vie et de mort : Eros et Thanatos. Comme Félicien Rops, de nombreuses œuvres de Mossa apparaissent encore provocantes de nos jours.

Mais le traumatisme de la première guerre mondiale, au cours de laquelle il sera blessé près d'Ypres, introduit une cassure dans son travail, qui sera ensuite plus sombre, plus désespéré. Après 1918, il y mettra lui-même un terme.

L’exposition du musée Rops présente une soixantaine d’oeuvres provenant d’institutions publiques et de collections privées, tant belges qu’étrangères. Ainsi, trois oeuvres sont issues de la prestigieuse collection d’Anne-Marie Gillion-Crowet, grande collectionneuse d’Art nouveau et inspiratrice de René Magritte.

L’exposition démarre une année 2010 riche en événements liés à Gustav-Adolf Mossa : une exposition au Musée des Beaux-Arts de Nice et la sortie du catalogue raisonné de son œuvre aux éditions Somogy, le tout dans le cadre du 150ème anniversaire du rattachement de Nice à la France.

Partagez :
Facebook
Twitter
Photos
Gustav-Adolf Mossa, Portrait psychologique de l'auteur, 1905, aquarelle, mine de plomb et encre sur papier blanc, 27,5 x 47 cm. Collection particulière, en dépôt au Musée des Beaux-Arts de Nice depuis 2001. Copyright ADAGP, Paris 2010. Photographie Muriel Anssens, Ville de Nice
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D408
Gustav-Adolf Mossa, Une Charogne, 1906, huile sur toile, 85 x 140 cm. Legs Gillion-Crowet. Propriété de la Région de Bruxelles-Capitale, Belgique en dépôt: Musées royaux de Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles. Copyright Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles. Photographe : J. Geylens/www.roscan.be
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D409
Gustav-Adolf Mossa, Elle, 1905, huile et dorure sur toile, 80 x 63 cm, Musée des Beaux-Arts de Nice, N.Mba 3268. Copyright ADAGP, Paris 2010. Photographie Muriel Anssens, Ville de Nice
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D410
Gustav-Adolf Mossa, Sapho, 1908, huile sur toile, 65 x 50 cm. Collection particulière
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D411
Gustav-Adolf Mossa, La Prière, 1907, aquarelle, 57 x 32 cm. Collection Mony Vibescu, Paris. Photographie Gilles Berquet
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D412
Gustav-Adolf Mossa, Les Parques, 1905, aquarelle, mine de plomb et fils de coton sur papier blanc, 50 x 37 cm. Musée des Beaux-Arts de Nice, N.Mba 5501. Copyright ADAGP, Paris 2010. Photographie Muriel Anssens, Ville de Nice
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D413
Gustav-Adolf Mossa, Pierrot s'en va, 1906, huile sur toile, 80 x 65 cm. Musée des Beaux-Arts de Nice, N.Mba 3266. Copyright ADAGP, Paris 2010. Photographie Muriel Anssens, Ville de Nice
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D414
Gustav-Adolf Mossa, Spleen, 1907, aquarelle, mine de plomb et encre sur papier blanc, 65 x 48 cm. Musée des Beaux-Arts de Nice, N.Mba 2009. Copyright ADAGP, Paris 2010. Photographie Muriel Anssens, Ville de Nice
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D415
Gustav-Adolf Mossa, Salomon, 1908, huile, dorure et perles de verre sur toile, 81 x 60 cm. Musée des Beaux-Arts de Nice, N.Mba 3277. Copyright ADAGP, Paris 2010. Photographie Muriel Anssens, Ville de Nice
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D416
Gustav-Adolf Mossa, La Châsse de Sainte Ursule, 1911, aquarelle, mine de plomb, encre, gouache et dorure sur papier blanc, 61 x 46,2 cm. Collection particulière. Copyright Association symbolique-Mossa
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D92%26photo%3D417