La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Henry de Groux. Maître de la démesure
25/05 - 22/09/2019 Lire la suite ...
Ah Blankenberghe ! la plage ensoleillée, les bonnes causeries dans le sable blanc, la mer bleue...
Notez que je n’étais pas au monde de deux jours, que j’avais déja pris la résolution de ne contrarier en rien, le fils que mon père avait mis dans ma peau, & que j’ai tenu parole.
14/01 - 05/03/2006 : Bogdan Borčić

En ce début d'année 2006, le musée provincial Félicien Rops présentera une rétrospective de l'oeuvre graphique de l'artiste slovène Bogdan Borčić.

Né en 1926 à Ljubljana, Bogdan Borčić fut déporté à Dachau de juillet 1944 à avril 1945 pour ses activités antifascistes. La guerre finie, il entre à l'Académie des Beaux-Arts de Ljubljana afin de compléter sa formation en peinture. Après quelques voyages d'études durant les années 50, il obtient une bourse à l'atelier Frielander à Paris que beaucoup d'artistes slovènes ont fréquenté. Revenu dans son pays, il devient professeur de gravure et de peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Ljubljana et ce jusqu'en 1984.
Son travail pédagogique a été pour lui plutôt un défi qu'une charge.

Durant les année 60-70, les arts graphiques prennent un essor considérable dans le monde et en Slovénie particulièrement. Grâce à la création des Biennales internationales de la gravure à Ljubljana en 1955, nombres d'artistes slovènes et étrangers ont eu la possibilité d'exposer leurs oeuvres et ainsi d'être reconnus sur la scène internationale. Bogdan Borčić a participé à toutes ces biennales et y a obtenu plusieurs distinctions.

Ses gravures se sont libérées de la narration et de la métaphore (l'élément " coquille ") et sont devenues des surfaces bidimensionnelles non mimétiques, dont la base est l'organisation même du champ de l'image, la syntaxe du langage graphique, sans référence à quoi que ce soit en dehors. Pour Bogdan Borčić, la gravure est avant tout une construction qu'il a préalablement démembrée et éclairée dans son processus mental, puis transportée avec l'incision définitive sur la plaque. La gravure est un élément, un instant du développement continu de la pratique et elle s'insère dans le processus de naissance des cycles de gravures qui mettent en valeur la logique de la continuité, de la répétition et des permutations.

Bogdan Borčić base son approche artistique et ses procédures analytiques sur des concepts et principes structurels et mathématiques. Chaque oeuvre est prudemment conceptualisée afin de créer une composition géométriquement équilibrée. Son oeuvre peut être associée à un existentialisme contenant des messages moraux et pas seulement artistiques. Sa réflexion porte sur la signification de l'existence, la condition de l'homme et sur les signes contradictoires de nos obligations morales et leurs implications.

Partagez :
Facebook
Twitter
Documents utiles