La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Je respecte toutes les opinions, même les miennes. Félicien Rops 1833-1898
Musée fermé du 18/02 au 15/04/19 Museum gesloten van 18/02 tot 15/04/19 Museum closed from 18/02 to 15/04/19 Lire la suite ...
Félicien Rops en son château
Du 18/02 au 12/04/2019 Lire la suite ...
09/05 - 30/08/1999 : Autour des "Épaves" (1) de Charles Baudelaire

Les éditions de Poulet-Malassis illustrées par Rops

En 1866, Les Epaves de Baudelaire sont éditées à Bruxelles : recueil des "bribes, morceaux poétiques condamnés ou inédits", selon les mots de l'éditeur Auguste Poulet-Malassis, à nouveau rendus au public après leur condamnation et leur retrait-censure des Fleurs du Mal en 1857.
Le livre est orné d'un frontispice de Félicien Rops, allégorie du Mal, du Péché et hommage à l'Esprit du Poète.
C'est l'unique ouvrage qui réunisse les noms des deux artistes : il est à la fois le fruit d'une longue série d'avatars et l'espoir, hélas non concrétisé, d'une future collaboration de Rops et Baudelaire pour une autre édition des Fleurs du Mal. Il sera néanmoins la concrétisation d'une admiration réciproque et la preuve d'une vision commune de l'"idéal".

Cette exposition, organisée par le Service de la Culture de la Province de Namur en collaboration avec la Galerie Van de Velde d'Anvers, regroupe un ensemble de documents, œuvres, autour des Fleurs du Mal et des Epaves : divers documents et œuvres provenant successivement du Cabinet des Estampes d'Anvers, de la Collection artistique de l'ULG, de la Bibliothèque royale Albert Ier (Cabinet des Estampes et Réserve précieuse), de la Bibliothèque Nationale de France, Bibliothèque Jacques Doucet à Paris, Musée Carnavalet à Paris, Bibliothèque Mazarine à Paris, Bibliothèque historique de Paris.

Dans le catalogue, édité en collaboration avec la Galerie Van de Velde, l'introduction de Monsieur André Guyaux , professeur à l'Université de Paris IV Sorbonne, présentera les rapports entre Baudelaire et la Belgique, tandis que le frontispice des Epaves sera analysé par Madame Hélène Védrine, docteur ès lettres de l'Université de Paris IV Sorbonne.

Partagez :
Facebook
Twitter