La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Henry de Groux. Maître de la démesure
25/05 - 22/09/2019 Lire la suite ...
Ah Blankenberghe ! la plage ensoleillée, les bonnes causeries dans le sable blanc, la mer bleue...
Notez que je n’étais pas au monde de deux jours, que j’avais déja pris la résolution de ne contrarier en rien, le fils que mon père avait mis dans ma peau, & que j’ai tenu parole.

Henri De Braekeleer (1840-1888), fenêtre ouverte sur la modernité 

Du 12 octobre 2019 au 02 février 2020 

Henri de Braekeleer fait partie d'une famille d'artistes anversois dont le père, Ferdinand, et l'oncle, Henri Leys, sont des personnalités influentes de leur époque. Son oeuvre s'inspire principalement de la peinture de genre néerlandaise du 17e siècle et semble indissociable de la redécouverte du travail de Pieter de Hoogh et de Jan Vermeer. Couturières ou artistes au travail, penseurs ou intellectuels en pleine méditation, les peintures les plus connues de Henri de Braekeleer détaillent ces instants du quotidien. Le personnage est absorbé dans une activité banale, dans une pièce ou un atelier dont le décor est minutieusement représenté. Henri de Braekeleer est un virtuose : atmosphères, objets, costumes, rien n'est laissé au hasard. Ses scènes sont baignées d'une douce lumière : l'intimité du moment n'est interrompu que par une fenêtre ouverte sur l'extérieur.

Participant à des Salons artistiques et y remportant plusieurs prix, de Braekeleer entre dans la sphère des artistes de genre. Pourtant, cette influence de l'art du 16e et 17e siècle chez les peintres du du 19ème siècle n'est pas rare. Loin des avant-gardes, certains artistes continuent d'être habités par l'esprit des grands maîtres de la peinture flamande. Félicien Rops confirme cet héritage dans des oeuvres comme Tête de vieille Anversoise ou encore La Peleuse de pommes de terre.
Les avant-gardistes belges du cercle des XX considéraient Henri De Braekeleer comme l'un des plus importants réalistes de la 2e moitié du 19e siècle en Belgique. Van Gogh n'hésite pas à le comparer à Edouard Manet.

De Braekeleer est À cet égard, son travail est très similaire à celui du réaliste français François Bonvin, mais aussi au réalisme d'Adolph (von) Menzel (Berlin). Mais le plus important pour les idées artistiques de De Braekeleer est le pleinairisme des paysagistes français et belges que lui exerce à l’intérieur de la maison.

L'exposition se concentre sur les aspects les plus importants de la peinture de De Braekeleer:  le rapport avec les différentes formes du réalisme du 19e siècle: la manière dont son oncle Henri Leys aspire à l'authenticité, l'affinité avec François Bonvin, le pleinairisme commun avec son ami Jan Stobbaerts, Félicien Rops et le jeune Ensor. Enfin, le rapport entre ses derniers tableaux et l'art de l'avant-garde belge.

En collaboration avec le musée des Beaux-Arts d’Anvers.

Pour réserver une visite immersive voir le pdf ci-dessous

Partagez :
Facebook
Twitter