La province de Namur, au coeur de votre quotidien

...mes vastes horizons et la mer nacrée à nulle autre pareille...

Lettre de Rops à A. Rassenfosse, 1891.

Je respecte toutes les opinions, même les miennes

Félicien Rops

1833-1898

Shakespeare romantique

Exposition du 20/10/17 au 25/02/18

Lire la suite ...

Pornocratès dans tous ses états

Du 24 mars au 13 mai 2018

La «star» du musée est mise à l’honneur dans une exposition-dossier qui met en lumière cette œuvre majeure de Rops, classée parmi les trésors de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Différentes versions du dessin seront présentées afin d’illustrer le processus créatif. Les 22 états de la gravure en couleurs réalisés par Albert Bertrand ont été restaurés et reconditionnés à l'occasion de cette exposition. Des oeuvres d'artistes contemporains cotoyeront la célèbre Dame au cochon, sans oublier des capsules vidéos thématiques et de médiation.

En collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Fleurs lascives

 

Du 2 juin au 23 septembre 2018

Parcours en trois sections autour de l’intérêt, à la fois scientifique et esthétique, de Félicien Rops et de ses contemporains pour le monde végétal, et plus particulièrement les fleurs. Mêlant des œuvres sur différents supports (œuvres plastiques, graphiques, documents, photographies), l'exposition conduit le visiteur du « jardin secret » de Rops, horticulteur amateur, au « jardin intérieur »,  en passant par les fleurs réinventées par les artistes symbolistes composant un florilège inédit faisant la part belle à certaines espèces pour leur connotations symboliques et leurs formes suggestives.

L’exposition s’est enrichie de la participation de différents partenaires namurois dont le musée des Arts anciens qui présentera également une exposition autour de la symbolique des fleurs au moyen-âge.

Co-commissariat: Laurence Brogniez, professeur à l'ULB, Denis Diagre, Jardin botanique national de Belgique

 

De Louis Ghémar à James Ensor : zwanse, fantaisie & burlesque. 1850-1914

Du 20 octobre 2018 au 17 février 2019

Le musée présente une exposition consacrée à la zwanse, ou au zwans, cet humour bruxellois polisson qui s’est développé autour de la personnalité du célèbre lithographe et photographe d’origine française, Louis-Joseph Ghémar (1819-1873). Ami de Nadar, Ghémar bénéficie d’une solide réputation puisqu’il officie notamment pour la cour de Belgique. Albums lithographiques présentant des vues consensuelles des villes belges, mais aussi portraits officiels de personnalités célèbres, rien n’échappe à Ghémar qui accumule les recherches et découvertes techniques en abandonnant lentement la lithographie pour les nouvelles technologies photographiques. Mais à côté de cette carrière officielle, Ghémar est un joyeux luron ! Il multiplie les rencontres, les fêtes, les blagues et surtout, développe des compétences d’imitateur. Tout en parodiant le style de ses contemporains comme Stevens, Courbet, Manet, Meissonnier et bien d’autres, Ghémar réalise des pastiches d’œuvres qu’il finira par exposer dans son propre musée, à Bruxelles, en 1870. Louis Ghémar meurt subitement à l’âge de 54 ans et devient, pour tous ses « suiveurs », le symbole de la zwanse.

Dans cet esprit de continuation, d’autres expositions « Great Zwans » auront lieu à Bruxelles, notamment la veille de la guerre 14-18 et celle de 40-45, regroupant tout ce qui se fait de moquerie autour de l’art et de la société.

 

 

 

Partagez :
Facebook
Twitter