La province de Namur, au coeur de votre quotidien

...mes vastes horizons et la mer nacrée à nulle autre pareille...

Lettre de Rops à A. Rassenfosse, 1891.

Je respecte toutes les opinions, même les miennes

Félicien Rops

1833-1898

Musée fermé du 18/02 au 15/04/19

Museum gesloten van 18/02 tot 15/04/19

Museum closed from 18/02 to 15/04/19

... Lire la suite ...
La Zwanze, burlesque & canular

Exposition du 20/10/2018 au 17/02/2019

Lire la suite ...

La Zwanze, burlesque & canular

Du 20 octobre 2018 au 17 février 2019

Le musée présente une exposition consacrée à la zwanze, ou au zwans, cet humour bruxellois polisson qui s’est développé autour de la personnalité du célèbre lithographe et photographe d’origine française, Louis-Joseph Ghémar (1819-1873). Ami de Nadar, Ghémar bénéficie d’une solide réputation puisqu’il officie notamment pour la cour de Belgique. Albums lithographiques présentant des vues consensuelles des villes belges, mais aussi portraits officiels de personnalités célèbres, rien n’échappe à Ghémar qui accumule les recherches et découvertes techniques en abandonnant lentement la lithographie pour les nouvelles technologies photographiques. Mais à côté de cette carrière officielle, Ghémar est un joyeux luron ! Il multiplie les rencontres, les fêtes, les blagues et surtout, développe des compétences d’imitateur. Tout en parodiant le style de ses contemporains comme Stevens, Courbet, Manet, Meissonnier et bien d’autres, Ghémar réalise des pastiches d’œuvres qu’il finira par exposer dans son propre musée, à Bruxelles, en 1870. Louis Ghémar meurt subitement à l’âge de 54 ans et devient, pour tous ses « suiveurs », le symbole de la zwanze et des zwanzeurs.

Dans cet esprit de continuation, d’autres expositions « Great Zwans » auront lieu à Bruxelles, notamment la veille de la guerre 14-18 et celle de 40-45, regroupant tout ce qui se fait de moquerie autour de l’art et de la société.

 

Henry de Groux, maître de la démesure

Du 24 mai au 22 septembre 2019

Fils de l’artiste réaliste belge Charles Degroux (1825-1870), Henry de Groux (1866-1930) fut l’un des protégés de Félicien Rops qui le prit sous son aile pour tenter de lancer sa carrière à Paris. Peintre, lithographe, dessinateur et sculpteur, Henry multiplie les opportunités pour exprimer ses émotions qui semblent
incontrôlables. Il reprend de grands textes de la littérature, tels ceux de Dante, ou de grands héros de l’histoire pour exalter la démesure de ses sentiments. À 22 ans, il réalise un tableau de grand format, Le Christ aux outrages, qui est conservé au Palais du Roure à Avignon, ville où l’artiste décèdera le 10 janvier 1930, au terme d’une vie exaltée et instable.
Commissariat d’exposition :
Jérôme Descamps (université de Lille) et Denis Laoureux (université libre de Bruxelles).
En collaboration avec le Palais du Roure (Avignon) et l’église Saint-Loup (Namur)

 

Partagez :
Facebook
Twitter