La province de Namur, au coeur de votre quotidien

...mes vastes horizons et la mer nacrée à nulle autre pareille...

Lettre de Rops à A. Rassenfosse, 1891.

Je respecte toutes les opinions, même les miennes

Félicien Rops

1833-1898

Shakespeare romantique

Exposition du 20/10/17 au 25/02/18

Lire la suite ...
26/01 - 05/05/2013 : Loss of control II

Après Pulsion[s]. Hystériques ! [> 6.01.2013], Loss of Control II continue l’exploration de la folie en art et propose une plongée aux confins de l’inconscient et de la création artistique, depuis les surréalistes jusqu’à l’art brut.

En 1928, Breton publie Nadja, un récit autobiographique dans lequel il narre sa rencontre avec une femme qui sera internée en hôpital psychiatrique. La même année, La Révolution surréaliste célèbre le cinquantenaire de l’hystérie, qu’Aragon et Breton voient comme une « vertu poétique ». Pour les surréalistes, la perte de contrôle mentale ou corporelle interroge le lien entre délires et productions artistiques. Leurs œuvres questionnent les limites de l’inconscient, de la folie, de la transgression.

Dès 1945, Jean Dubuffet s’intéresse aux travaux d’artistes malades mentaux, ouvrant la voie à une autre conception de la création de personnes internées, médiums, autodidactes. L’art brut célèbre des œuvres hors normes et permet la découverte d’une nouvelle catégorie de personnes soucieuses de la quête d’un « moi » profond et spontané.

La perte de contrôle à travers l’acte créatif permet-elle une transgression des normes de la société ou du monde artistique ? Ponctué par des œuvres contemporaines, le parcours de Loss of control II mêle sans distinction artistes « in » et « outsiders », donnant une lecture bouleversante de l’obsession, de l’identité et de l’existence. Loss of control II fait la part belle à la représentation féminine : le corps de la femme est le lieu de la perte de contrôle pour les surréalistes (corps transformés, transfigurés, morcelés, déguisés). Les artistes outsider représentent eux aussi l’amour et le désir, là où l’on se perd...

Deuxième volet d’un projet organisé en 2009 au MARTa Herford Museum sous la direction de Jan Hoet, cette exposition se focalise sur le lien entre l’existence et l’art à travers des œuvres qui échappent aux carcans sociétaux et culturels de leur époque.

L’exposition bénéficie du soutien de la Loterie nationale et du Fonds Prince Philippe, géré par la Fondation Roi Baudouin.

Partagez :
Facebook
Twitter
Photos
Pierre Molinier, Toi-moi, s.d., photomontage, 24 x 18 cm. Coll. Mony Vibescu
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D320
Else Blankenhorn, Facture, s.d., aquarelle, 23 x 18 cm. Sammlung Prinzhorn, Heidelberg, inv. 1907
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D321
Martha Grünenwaldt, Sans titre, s.d., crayon de couleur, stylo à bille et marqueur sur papier, 32,5 x 21,5 cm. Coll. art & marges musée, Bruxelles, inv. 421
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D322
Aloïse Corbaz, Tsarine Katia dans le manteaui, 1941-1951, crayon de couleur sur feuille de papier d'emballage, 118 x 80 cm. Coll. de l'Art Brut, Lausanne, cab-3577. Photo : Olivier Laffely
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D323
Hans Bellmer, Les Jeux de la poupée, 1949, tirage argentique coloriée à l'aniline, 14 x 13,9 cm. Coll. David et Marcel Fleiss. Courtesy Galerie 1900-2000, Paris
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D324
Anonyme, L'Hystérie, le trèfle incarnat, l'acte manqué performance d'Hélène Vanel lors de l'exposition internationale du surréalisme à Paris, 1938, photographie. Coll. privée. ©Keystone France/ Gamma Rapho
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D325
Paul Eluard, L?Hystérie, ca. 1928, collage photographique noir et blanc, 13 x 8,7 cm. Coll. de la Province du Hainaut, inv. 3780-95
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D326
Unica Zürn Mélancholie, 1964, dessin au stylo sur papier, 24 x 32 cm. Coll. galerie HUS, Paris
http%3A%2F%2Fwww.museerops.be%2Findex.php%3Frub%3Dpage%26page%3D83%26photo%3D327