Accueil Le musee D'une oeuvre à l'autre
Plan du site Suite
Félicien Rops en confrontation avec Aurélie Vandenhouten
Confrontation exposée au musée provincial Félicien Rops du 19 janvier au 30 avril 2008.

Tel un personnage de roman, excentrique, scandaleuse mais structurée, elle invente.
Elle a sorti toutes ses robes, les transforme, détourne, juxtapose les taffetas, les tulles, les soies… Elle s’enroule dans les rubans, les transforme en dentelles, de la dentelle partout.
Femme de l’hiver tricot aux lèvres, mailles en bandoulière. Tweed, satin, flanelle, crêpe, angora … Volupté…
Rock suranné, couleurs fanées, exhumés les dessous raffinés aux véritables trésors cachés.
On adore la palette d’Aurélie, beurre frais, violine, lavande, chaudron, bois de rose, saumon, perle et souris.
Des bustes menus d’adolescentes avec manches « armure » des vestes d’hommes. Elle bouscule l’allure, les conventions, pour provoquer l’alliance paradoxale de la mousseline et des lainages masculins. Arrogante et romantique.
Poétique sans contredit, la vision de la créatrice nous enchante, alliance de matériaux réussis aux nuances poudrées, nuit, poussière, peau, noir glacé pour jeter le trouble des silhouettes recto verso.
Fenêtre sur corps. Dévoiler, retrouver quoi montrer, quoi cacher, un jeu coquin, voire enfantin aux charmes certains.
Enfin provoquer le regard, quelque chose qui avale vers demain, une manière de manger la vie.
Elle est la maîtresse, la femme, la mère, la travailleuse, la sexy, l’enfant. C’est un mélange androgyne, une certaine démarche libre et mutine.

José-Louis Romero

Aurélie Vandenhouten est née à Etterbeek en 1980. Elle est diplômée en stylisme de l’école de St Luc à Bruxelles et a fréquenté la Hogeschool d’Anvers. Elle est également professeur de dessin et assistante du sculpteur Anne Jones. Son travail de styliste se rapproche des modes vestimentaires du 19ème que l’on retrouve sur les nombreuses femmes que Félicien Rops a représentées dans ses œuvres.

Félicien Rops,Les Cent Légers Croquis sans prétention pour réjouir les honnêtes gens. La Chanson du Chérubin, c.1878-1881,aquarelle sur légère esquisse à la mine de plomb, gouache à la détrempe, rehauts de crayon de couleur et pierre noire, 21,5 x 14,6 cm. CFB.
Musée provincial Félicien Rops
rue Fumal 12 5000 Namur
081/220110
Date de Publication : 08/01/2008